Endurer le deuil

Publié le par TOUT SUR LA BIBLE

Source de l'article : le texte du jour Watchtower
Samedi 12 décembre 2009

Il va y avoir une résurrection. — Actes 24:15.

 

Quand la mort vient briser des familles, il en résulte souvent un profond chagrin.

 

(Genèse 23:2) Et Sara mourut à Qiriath-Arba, c’est-à-dire Hébrôn, au pays de Canaan, et Abraham entra pour se lamenter sur Sara et pour la pleurer. 

 

Même Jésus, homme parfait, s’est “ laiss[é] aller aux larmes ” quand son ami Lazare est décédé.

 

(Jean 11:35) Jésus se laissa aller aux larmes.

 

Il est donc normal d’éprouver du chagrin lorsque la mort emporte un être cher. Les chrétiens, cependant, savent qu’il y aura une résurrection.

 

Voilà pourquoi ils ne “ [s’affligent] pas comme s’affligent aussi les autres qui n’ont pas d’espérance ”.  

 

(1 Thessaloniciens 4:13) D’autre part, frères, nous ne voulons pas que vous soyez dans l’ignorance au sujet de ceux qui dorment [dans la mort], afin que vous ne vous affligiez pas comme [s’affligent] aussi les autres qui n’ont pas d’espérance.

 

Nous pourrons mieux endurer la perte d’un être cher si nous nous appuyons totalement sur “ le Dieu de toute consolation ”.

 

(2 Corinthiens 1:3-4) Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des tendres miséricordes et le Dieu de toute consolation, 4 qui nous console dans toute notre tribulation, pour que nous puissions consoler ceux qui sont dans toutes sortes de tribulations, grâce à la consolation dont nous sommes nous-mêmes consolés par Dieu.

 

Il nous sera aussi utile de réfléchir sur l’exemple d’Anne. Anne s’est retrouvée veuve après seulement sept ans de mariage.

 

Pourtant, à 84 ans, elle offrait toujours un service sacré à Jéhovah dans le temple.

 

(Luc 2:36-38) Or il y avait Anne, une prophétesse, la fille de Phanouël, de la tribu d’Asher (cette femme était très avancée en âge, et elle avait vécu avec un mari pendant sept ans depuis sa virginité, 37 et c’était alors une veuve de quatre-vingt-quatre ans), qui n’était jamais absente du temple, offrant un service sacré nuit et jour, avec jeûnes et supplications. 38 Et à cette heure-là même elle s’approcha et se mit à remercier Dieu et à parler de [l’enfant] à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

 

Une vie ainsi consacrée à Dieu l’a sans aucun doute aidée à surmonter le chagrin et la solitude.

 

La participation régulière aux activités chrétiennes peut nous aider à endurer les effets du deuil.

Publié dans ECRITS

Commenter cet article